Conseils

Classification Nova

IMG_0176

La classification Nova a été élaborée par le Professeur Carlos Monteiro da USP (Université de São Paulo) et son équipe afin d’identifier les aliments ultra-transformés qui peuvent favoriser le risque d’obésité, les maladies cardiovasculaires et plusieurs types de câncer. Reconnue par la FAO ( Organisation des Nations Unies pour l’alimentation) et la PAHO ( Organisation Panaméricaine de la santé) elle classe les aliments en 4 groupes:

Groupe 1.
Les aliments présents dans ce groupe sont frais, éventuellement modifiés par le retrait de parties non comestibles, ils sont sans aucune substance ajoutée. On y trouve les œufs, la viande, le poisson, les fruits, les légumes, le riz, les haricots…

Groupe 2
Ce sont les ingrédients culinaires . On trouve ici les substances extraites par pressage, raffinage, broyage et séchage comme le sel, les huiles, le beurre…

Groupe 3
Les aliments transformés. Ce sont les aliments en conserve, fumés, salés, les fruits secs, salés, ou sucrés, le tofu, les fromages et le pain.

Groupe 4
Les aliments ultra-transformés.
On trouve ici les aliments qui sont fabriqués industriellement et composés d’au moins 4 ou 5 ingrédients avec ajout d’additifs alimentaires ou de protéines hydrolysées, d’ amidons modifiés et/ou d’ huiles hydrogénées.

Il est conseillé de privilégier les aliments frais et éviter de manger les aliments ultra-transformés. Plus l’aliment est transformé, plus il perd de sa qualité nutritionnelle et plus il est délétère pour l’homme. Dans de nombreux cas obésité et mal nutrition marchent ensemble. En France, 17 % de la population d’adultes est obèse, ce qui représente plus de 8 millions de personnes.

Conseils

Comment augmenter l’apport en fibres dans l’alimentation ?

IMG_0162

Les fibres alimentaires sont le principal composant structurel des membranes cellulaires végétales. Elles ne sont ni digérées ni absorbées par l’appareil digestif de l’homme. Elles rassemblent une grande variété de composants comme la cellulose, les pectines, l’hemicellulose…
Un des objets du PNNS 2019 ( Programme nationale nutrition santé) est d’encourager la consommation de fibres dans l’alimentation des français.
L’ANSES ( Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) recommande de consommer au moins 25g de fibres par jour.
En réalité les apports en fibres révélés dans une étude NutriNet-Santé sont bien inférieurs, soit en moyenne 20g/j chez les hommes et 18g/j chez les femmes.
Pour augmenter cet apport dans l’alimentation il faut consommer des aliments qui les possèdent. Les principales sources sont les céréales complètes ( blé, orge, avoine, maïs et son), le pain complet, les lentilles, les haricots secs, les fèves, le riz complet, les pruneaux, les légumes et les fruits.
Plusieurs études démontrent l’effet bénéfique des fibres pour l’organisme, en particulier leurs effets protecteurs contre le cancer colorectal, mais aussi leurs bénéfices contre la constipation et la diminution de l’obésité.

Conseils

Tout ce qui est Bio est-il bon ?

BCA0B0F7-4B14-4156-8B5B-E822414D41FC

Parmi les 10 mesures phares du PNNS 4 2019-2023 ( Programme Nationale Nutrition Santé), la cinquième qui demande à ce que tous les français puissent bénéficier d’une restauration collective de qualité en toute transparence, pose question. La réponse donnée consiste à assurer la montée en gamme de la restauration collective par un approvisionnement de 50% de produits bio, durables et de qualité d’ici 2022. Parfait direz-vous, si les produits sont Bio ils seront de qualité et ce sera l’assurance d’une alimentation saine et équilibrée pour tous.
Mais justement non, le Bio comme solution à tous les problèmes nutritionnels , la solution est bien trop simpliste. On nous inculque que tout ce qui est BIO est bon pour notre santé et les marqueteurs en profitent pour tout mettre à la sauce BIO. l faut retrouver un peu de bon sens et inculquer aux enfants et aux parents qu’il ne suffit pas de manger Bio, il faut aussi diminuer le sucre, le sel, marger cinq fruits et légumes par jour, diminuer la consommation de viande rouge, avoir plus d’activité physique…N’oublions pas qu’en France, près de la moitié des adultes et 17 % des enfants sont en surpoids ou obèses, comme le rappelle la ministre Agnès Buzyn.
Le logo Bio désigne avant tout un produit ou une denrée dont le mode de production est sans produit chimique de synthèse, comme les pesticides, les herbicides chimiques, les fertilisants artificiels ou les hormones de croissance.
Or le produit estampillé Bio est vu par le consommateur comme un produit santé de bonne qualité nutritionnelle. C’est faux, on peut trouver dans le commerce des produits transformés, riches en sucre rapide et acides gras saturés et pourtant portant un logo Bio.
Manger des aliments frais Bio et locaux est bon, mais ne croyez pas les industriels qui veulent vous faire croire que tout ce qui est Bio est bon.
Au final, est-ce que ce raz-de-marée du Bio ne déroute pas le consommateur des règles essentielles pour une nutrition équilibrée et de qualité ?

Conseils

Carences et changements de comportements alimentaires.

IMG_8314

L’homme est omnivore, c’est-à-dire que son système digestif est adapté à la consommation de produits animaux et végétaux.
Son alimentation est composée de protéines, lipides, glucides et minéraux et son besoin en énergie dépend de l’âge, de la taille et de l’activité de chaque individu.
La répartition théorique en énergie apportée par les aliments est de 50 à 55 % de glucides, 30 à 35 % de lipides et 10 à 15 % de protides.
La satisfaction de ses besoins énergétiques quantitatifs et qualitatifs est extrêmement liée aux conditions socio-économiques du sujet .
Dans la société moderne l’excès d’énergie dans nos assiettes et la pratique de régimes d’exclusion comme c’est le cas pour le végétalien et le vegan qui ne mangent ni viande, ni poisson, ni aucun autre produit d’origine animale ( œufs, miel, produits laitiers), peuvent poser problème. Un excès d’apport calorique, en particulier issu d’aliments gras et sucrés conduit à l’obésité, le diabète, le cancer et bien d’autres maladies et l’exclusion de certains aliments nécessaires à l’équilibre alimentaire peut provoquer des carences nutritionnelles.

Conseils

Comment composer une salade équilibrée.

Elle peut être une très bonne alternative pour manger en plat principal au déjeuner ou au dîner et facile à emporter.
Tout d’abord c’est l’opportunité d’utiliser des produits de saison pour profiter de l’abondance de l’offre, des prix bas et de la qualité de produits cueillis à maturité, ils sont plus savoureux.
Vous pouvez couper les légumes en petits carrés, les assaisonner avec une vinaigrette et les placer dans une assiette creuse, disposer un œuf cuit, coupé en tranches ou un œuf frit posé sur le lit de salade et poivrons et tomates et ajouter quelques croûtons, des oignons verts coupés finement et de fines lamelles de cantal.

IMG_0096

En été les étalages sont très colorés avec une grande variété de légumes dont les tomates, les concombres, les courgettes, les aubergines, les carottes, les haricots verts..
Si vous mangez la salade en plat unique, l’équilibre protéines, lipides et glucides doit être conservé .
Les protéines animales et lipides se trouvent dans les produits tels que le poulet, le poisson, la viande, le jambon, l’œuf et le fromage. Les lipides sont aussi présents dans les huiles, les noix, noisettes amandes dont le nouveau programme national de nutrition et santé (PNNS) recomende une poignée par jour. Les autres protéines peuvent se trouver dans les produits d’origine végétale. Les pommes de terres, les pâtes, les haricots secs, le riz, les lentilles, les pois chiches et les petits pois sont d’excellentes sources de glucides.
Pour assaisonner votre salade, utilisez une cuillère à soupe d’huile par personne en suite ajoutez du citron ou vinaigre, du sel, poivre, la coriandre, le persil selon votre goût.

Conseils

Les enfants en danger.

Selon une publication du CREDOC ( Centre de Recherche pour l’Étude et l’Observation des Conditions de Vie) d’avril 2019, près d’un enfant sur deux, entre 6 et 10 ans, se trouve en dessous des recommandations en Calcium.
Actuellement la recommandation de produits laitiers tels que lait, yaourts, fromage et fromage blanc est de trois à quatre fois par jour. Ces aliments sont d’excellentes sources de calcium nécessaires à la construction du squelette et à son entretien, à la construction musculaire, à la transmission nerveuse et à la coagulation du sang. Sans oublier la vitamine D qui joue un rôle dans la minéralisation des os en période de croissance.
Les apports en calcium conseillés (ANC) augmentent au fur et à mesure que l’enfant grandit, 500mg à 3 ans, 700mg entre 4 et 6 ans, 900mg entre 7 et 9 ans, jusqu’à 1200mg à l’âge de 10 ans.
Une alimentation riche en calcium, à l’enfance et à l’adolescence, reste très importante car c’est à cette période que le capital osseux se met en place.

IMG_0067
Les causes de ces déséquilibres alimentaires et nutritionnels croissants s’expliquent par une consommation de produits laitiers ou de fruits et légumes trop faible, remplacée par des produits tout prêts comme pizzas, sandwiches, quiches, viennoiseries et des produits sucrés toujours plus importants et par conséquence une alimentation de moins en moins diversifiée.

IMG_0068

CCAF: Comportements et consommation alimentaires des français.

Recettes

Tiramisu

IMG_8131

Dessert frais, mousseux et onctueux. Idéal pour l’été!

Ingrédients:
20 biscuits cuillères.
250g de mascarpone.
3 œufs.
25cl de café.
50g de poudre de cacao amer.
90g de sucre.

Préparation:
– Bien battre les 3 jaunes d’œufs avec le sucre jusqu’à obtenir un mélange bien lisse.
– Additionner le mascarpone et bien mélanger jusqu’à avoir un mélange bien uniforme.
– Après avoir monté les 3 blancs en neige, incorporez-les delicadamente à la crème au mascarpone, en mélangeant avec une spatule de bas en haut pour garder un mélange bien mousseux et léger.
– Dans un plat, étaler une couche de crème au mascarpone. Ensuite disposez une couche de biscuits cuillère légèrement imbibés de café. Répétez l’opération et finalisez par une couche de crème au mascarpone puis saupoudrez avec le cacao amer.
– Placez le plat au réfrigérateur au moins 4 heures avant de le servir.

Bon appétit 😋

Conseils

Pourquoi refuser ses traditions pour de nouvelles tendances?

C9D7501E-2F63-42CE-9472-6DAC0152D0D9

Par le passé, les habitudes alimentaires tiraient leur origine de faits culturels. Ainsi, la préparation d’un plat provenait d’un savoir faire ancestral souvent tiré de moments festifs et conviviaux. Aujourd’hui, le choix alimentaire est devenue un moyen de s’affirmer individuellement parfois orienté par un phénomène de groupe.  La manière de se nourrir classe souvent l’individu dans un groupe.  La décision de suivre une tendance qu’elle soit végétarienne, végane , sans lactose, sans gluten ou autre peut orienter l’individu vers des cercles sociaux.

Quel que soit son engagement, l’alimentation est au cœur de nos préoccupations, manger sainement, contrôler son poids, respecter le bien être animal  sont des valeurs universelles.

Cependant, le consommateur ne doit pas oublier les règles de la nutrition. Si on supprime des familles entières d’aliments on sera soumis aux carences. La carence nutritionnelle se produit lorsque l’organisme n’absorbe pas la quantité suffisante de nutriments nécessaires à son équilibre alimentaire et cela peut avoir des répercussions pour la santé de l’individu.

La recherche obsessionnelle d’une alimentation conforme à nos convictions n’est elle pas en train de nous écarter d’une alimentation de bonne qualité essentielle pour notre santé?

Conseils

Quel avenir pour le bio?

biobio&1

 

 

 

 

 

 

 

Le bio est encadré par une réglementation européenne depuis 1991. Sa production a pour objectif le respect de l’environnement, de la biodiversité et du bien-être animal, elle n’interdit pas les traitements mais l’utilisation des produits de synthèse. Seuls les produits qui respectent ce cahier des charges peuvent porter le logo bio européen et la marque AB.
Avec la prise de conscience croissante du besoin de mieux respecter notre environnement, l’agriculture biologique a bénéficié d’un phénomène de mode qui a fait exploser ses ventes. Auparavant les aliments issus de l’agriculture biologique étaient présents dans les magasins spécialisés, mais aujourd’hui ils se trouvent en abondance dans les étalages des grandes surfaces qui en ont fait un produit d’appel à des niveaux de prix défiant toute concurrence. Des questions se posent sur le juste prix payé aux agriculteurs et le respect des cahiers des charges. En effet, la réglementation en agriculture bio interdit l’usage de produits chimiques de synthèse ce qui nécessite plus de main d’œuvre et des coûts de production supérieurs à l’agriculture conventionnelle. Dans ces conditions comment expliquer que des produits issus de l’agriculture biologique soient proposés à des prix inférieurs aux produits conventionnels ?
Est-ce que le producteur est vraiment payé au juste prix pour sa production ?
Est-ce que la demande de masse créée par les grandes centrales n’est pas en train de tuer le Bio?

Conseils

Certification environnementale.

logo certification environnementale

Des logos qualité,  il y en a des centaines qui vous promettent de consommer le meilleur produit du marché.

Parmi cette diversité il existe un nouveau logo d’état qui désigne les exploitations agricoles certifiées Haute Valeur Environnementale.

Les agriculteurs sensibilisés aux questions environnementales se sont engagés dans des mesures pour moins de pesticides, plus de biodiversité, une meilleure protection de l’eau.

Ce qui mettent en œuvre des mesures pratiques et atteignent les indicateurs environnementaux sont récompensés par le logo HVE qu’ils peuvent apposer sur leurs produits.

A l’inverse d’autres logos  marketing sans reconnaissance officielle, ce logo est un logo d’état qui impose une vraie démarche de progrès, vous pouvez faire confiance aux agriculteurs ayant obtenu cette certification.